The Uniquely Canadian Model of Responsible Gove...

The Uniquely Canadian Model of Responsible Government

Rate this essay

The Uniquely Canadian Model of Responsible Government.pdf

 

A Responsible Government is one that is structured to guarantee the rule of government in accordance with the well-understood wishes and interests of the people.

 

The constitutional structure

 

Following the insurrections in Upper and Lower Canada (1837-8) and their union to form the Province of Canada (1840), the people supported the moderate reformers in their struggle to develop a model of Responsible Government.

The form evolved was characterized by the Representative of the Sovereign, the Governor General, who is the repository of the people’s power and a coalition government  formed and led by two first ministers, each possessed of the authority and the responsibility to advise the Governor General of the wishes and interests of their respective British and French constituents. It was the role of the Governor General to sanction this advice as truly authorized by the people, and so exercise the powers of the State with the consent of the governed.

In the last iteration of this struggle, the Fathers of Confederation proposed to renew this constitutional framework within a federal model of the British constitution wherein the Senate embodies the will of the provinces and both Houses of Parliament, equally representative of the will of the people, possess the same powers and privileges as the British House of Commons in 1867.

Though this constitutional balance was provided for in Canada’s Constitution Act, it was never implemented; the result is the excessive concentration of power in the Prime Minister’s Office that has plagued self-government in Canada.

A Responsible Government cannot be maintained if the powers of the State can be abused by its administrators. The constitutional structure proposed by Confederation wherein the powers of the State are legally vested in one person and the authority to exercise those powers is constitutionally balanced between two political actors provides a self-correcting mechanism to prevent abuse.

While under some circumstances these criteria could be met in a unitary system, federalism is generally a more promising environment for the development of a healthy, sustainable Responsible Government.

 

The inherent checks

 

This constitutional structure harnesses the fears and ambitions of each of the three major political actors to guarantee legitimacy, efficiency and harmony in the government of the people.

It harnesses these ambitions in two ways. First, jealousy and justice oblige each of these actors to guard their legitimate jurisdictions against any subterfuge to wrest control of them.

Second, if the actors cannot reconcile their differences and cannot agree to disagree, the people may be called upon to support the contentions of one or the other through a general election on the question, the loser suffering such consequences as to normally temper their ambitions to those they truly believe uphold the legitimate constitutional interests of the people.

 

The nature of Responsible Government

 

“The King can do no wrong” because his chief advisers, possessed of the authority of Parliament to speak and act on behalf of the people, are responsible for the exercise of the people’s prerogative.

The position of the Governor General permits him to see beyond pending elections to consider policies that would contribute to the longer-term happiness and prosperity of the people. But the Governor General does not possess the authority to exercise the people’s prerogative and the people are constantly wary of this potential for abuse. He must therefore depend on his ability to influence his chief advisers to undertake them.

The key to the maintenance of a Responsible Government is that the Governor General may influence the course of government, but to guard against any accusation of abuse of power, he must ensure and always be able to prove that his chief advisers have undertaken the responsibility for every act of State.

 

The political mechanism to conciliate the will of Parliament

 

Under the British constitution every Member of Parliament is vested with equal authority to represent and protect the interests of their constituents. In the federal system worked out in Canada, the unity of the country is reconciled with the diversity of its member states through negotiation between the two Houses of Parliament.

The Governor General chooses one whom he believes can command a majority of Parliament to attempt to form the government. This leader must choose one from the other House to negotiate a common political program and the composition of their Cabinet. These two leaders will then draft the speech from the throne with the Governor General.

Parliament’s approval of the speech from the throne authorizes the Cabinet to pursue the priorities, measures and policies therein outlined; it confirms or authorizes, after the fact, the Governor General’s choice of Prime Minister, and it confides the authority, for the time being, in the Leader of each House to advise the Governor General of the wishes and interests of their constituents.

 

The course of government

 

The Governor General must sanction the exercise of the people’s prerogative by authority of the people in accordance with the will of Parliament. The Governor General is the guarantor of the government’s legitimacy.

The Governor General cannot act if the will of Parliament is divided. The Governor General cannot sanction the advice of Parliament as truly authorized by the people if the advice is contrary to the will of the people enacted in law. Furthermore, the Governor General cannot sanction the advice of Parliament unless both leaders proffer him the same advice as to how the people wish to govern themselves.

If the Leaders want to exercise the prerogative powers of the State, they must justify their ambitions as reflecting the well-understood wishes and interests of the people. The Leaders will naturally call upon the Governor General to help them find common ground. He must remain neutral, unattached, so as to be able to work with anyone Parliament may send him.

It belongs to the Governor General to ensure that his advisers do actually speak the well-understood wishes and interests of their House. If he has any doubt that a Leader actually does possess the authority of his House to so advise him in the matter, or if the matter has not been fully fleshed out, he may ask the Leader to submit it before his House for further debate and confirmation.

If the advice that the leader of the House wishes to proffer does not reflect the will of the House, the House may revoke his authority to speak on its behalf and confide this authority in another whose advice better reflects its sentiment. If that Leader is the Prime Minister, that is, if he was called upon by the Governor General to craft the coalition government, then the government falls; otherwise the Prime Minister may seek another of the other House to craft a new coalition.

The authority confided in the Cabinet to implement the will of Parliament in the various executive departments of the State may also be revoked if it proves unable or unwilling to do so.

 

The people’s control over their government

 

If both leaders conclude that the Governor General is abusing his power, they may resign. If the Governor General concludes that a Leader is abusing his constitutional authority, he may dismiss him if he can find another leader to uphold his views. If one of the Leaders concludes that the Governor General and the other Leader are colluding to control his legitimate jurisdiction, then he and his House in Cabinet may resign and break up the government. If the issue cannot be resolved in Parliament, the people will decide by their vote through a general election on the question.

 

Sorry, no posts matched your criteria.

Le modèle Canadien du Gouvernement Responsable

Le modèle Canadien du Gouvernement Responsable

Rate this essay

 Vous pouvez télécharger ici ce document en PDF.

Le Gouvernement responsable est structuré de manière à garantir que les vœux et intérêts bien entendus de la population constituent la gouverne de l’État.

 

 La structure constitutionnelle


Après les insurrections du Haut et du Bas-Canada (1837-39) et leur union pour former la Province de Canada (1840), la population a majoritairement soutenu les réformistes modérés dans leur lutte pour instaurer un gouvernement responsable.

Le modèle finalement retenu, autant par la population que par les autorités impériales, est caractérisé par un Souverain dépositaire du pouvoir public et un gouvernement de coalition dirigé par deux premiers ministres, chacun possédant l’autorité et la responsabilité d’aviser le Souverain quant aux vœux et aux intérêts respectifs de leurs constituants britanniques et français. Il appartient au Souverain de sanctionner l’avis de ces conseillers en chef comme véritablement autorisé par le peuple et ainsi, d’exercer le pouvoir de l’État avec l’assentiment des gouvernés.

Dans la dernière manifestation de cette lutte, les Pères de la Confédération ont proposé de renouveler ce cadre constitutionnel à travers une variante fédérale de la Constitution britannique où le Sénat incarne la volonté des provinces et où chacune des deux chambres du Parlement, également représentative de la volonté du peuple, possède les mêmes pouvoirs et privilèges que la Chambre des communes britannique de 1867.

Bien que cet équilibre ait été octroyé par l’Acte constitutionnel de 1867, il ne fut jamais mis en œuvre, le résultat étant la concentration excessive du pouvoir au sein du bureau du premier ministre, laquelle compromet la liberté constitutionnelle du citoyen.

Il est impossible de maintenir le Gouvernement responsable si les pouvoirs de l’État peuvent être abusés par les acteurs politiques. Mais le cadre constitutionnel proposé par la Confédération, où le pouvoir public est légalement dévolu à une personne en même temps que l’autorité d’exercer ce pouvoir est légalement équilibrée entre deux acteurs politiques, fournit un mécanisme auto-correcteur pour empêcher les abus.

Alors que dans certaines circonstances ces critères pourraient être remplis dans un système unitaire, le fédéralisme représente généralement un environnement plus prometteur pour le développement d’un gouvernement responsable sain et durable.

 

Les contraintes à l’exercice du pouvoir inhérentes à ce cadre constitutionnel


Cet encadrement constitutionnel du pouvoir exploite les craintes et les ambitions de chacun des trois principaux acteurs politiques afin d’assurer la légitimité, l’efficacité et l’harmonie dans le gouvernement de l’État.

Il exploite leur nature humaine d’au moins deux manières :

Deuxièmement, si les acteurs ne peuvent concilier leurs différends ni ignorer leurs désaccords, les citoyens peuvent être appelés à soutenir les prétentions de l’un ou de l’autre à travers une élection générale sur la question. La crainte de perdre ces élections vont naturellement les inciter à réduire leurs ambitions à celles qu’ils croient défendent vraiment les intérêts constitutionnels légitimes du peuple.

 

La nature du Gouvernement responsable


« Le roi ne peut mal faire » car ses principaux conseillers, investis de l’autorité du Parlement pour parler et agir au nom du peuple, sont responsables de l’exercice de la prérogative du citoyen.

La position du Souverain lui permet de voir au-delà des prochaines élections et d’envisager les politiques à long terme qui pourraient contribuer au bonheur et à la prospérité du peuple. Mais il n’est pas autorisé à exercer comme il le veut la prérogative du citoyen, lequel est constamment aux aguets de ce potentiel d’abus. Il doit donc dépendre de sa capacité à influencer ses conseillers en chef pour soutenir ses politiques.

La clé pour maintenir le Gouvernement responsable se trouve dans le désir d’accomplissement du Souverain à travers sa contribution au mieux-être du citoyen et dans la crainte de se faire accuser d’abus de pouvoir.

Ainsi, il pourra influencer le cours du gouvernement, mais en se gardant de la moindre accusation d’abus de pouvoir, obligé qu’il est de s’assurer et de toujours pouvoir prouver que ses conseillers en chef ont assumé la responsabilité pour tout exercice de la prérogative du citoyen.

 

Les mécanismes politiques conciliant la volonté du Parlement


En vertu de la constitution britannique, chaque membre du Parlement est investi d’une autorité égale pour représenter et protéger les intérêts de ses électeurs. Dans le système fédéral développé au Canada, l’unité du pays est conciliée avec la diversité des provinces par la négociation entre les deux chambres du Parlement.

Le Souverain choisit une personne qu’il croit être en mesure de commander la loyauté d’une majorité du Parlement dans le but de former le gouvernement. Ce premier ministre doit se joindre une personne d’influence de l’autre chambre pour négocier un programme politique commun et la composition d’un Cabinet pouvant obtenir l’approbation des deux chambres. Ces deux dirigeants rédigeront ensuite le discours du Trône avec le Souverain.

L’approbation par le Parlement du discours du Trône autorise le Cabinet à poursuivre les priorités, les mesures et les politiques qui y sont énoncées. Elle confirme et autorise après coup, le choix du premier ministre par le Souverain. De plus, elle confie l’autorité aux deux dirigeants d’aviser le Souverain en conseil des vœux et intérêts de leur chambre respective, et ce jusqu’à l’expiration du mandat ou la révocation par la Chambre de l’autorité ainsi confiée.

 

Mode de gouvernance


En vertu de l’autorité du citoyen confiée au Parlement et de la volonté du Parlement à lui transmis par ces conseillers en chef, le Souverain sanctionne l’exercice de la prérogative du citoyen. Le Souverain est le garant de la légitimité de l’État.

Le Souverain ne peut agir si la volonté du Parlement est divisée. Il ne peut sanctionner l’avis du Parlement comme véritablement autorisé par le citoyen si cet avis est contraire à la volonté du peuple déjà édictée par une autre loi. En outre, il ne peut sanctionner l’avis du Parlement à moins que ses deux conseillers en chef lui fournissent le même conseil quant à l’exercice du pouvoir voulu par le peuple.

Si les chefs veulent exercer de nouveaux pouvoirs, ils doivent s’entendre. Ils feront naturellement appel au Souverain pour les aider à trouver un terrain d’entente. Le Souverain demeure neutre, impartial, afin de pouvoir travailler avec quiconque est désigné par le Parlement. Cette conciliation devra nécessairement circonscrire les intérêts constitutionnels légitimes du citoyen pour départager le pouvoir et structurer la loi fédérale en conséquence.

Le Souverain doit s’assurer que ses conseillers prônent les vœux et intérêts bien compris de leur chambre. S’il a le moindre doute, ou s’il ne croit pas que la matière ait été pleinement traitée, il peut demander aux chefs de la soumettre à leur chambre afin de poursuivre le débat jusqu’à son dénouement.

Si les conseils qu’un chef tient à donner ne reflètent pas la volonté de sa chambre, cette dernière peut révoquer son autorité pour la confier à quelqu’un qui représente mieux ses sentiments. Si le conseiller en chef déchu fut celui chargé de former la coalition, le gouvernement tombe. En cas contraire, le premier ministre peut approcher une autre personne de l’autre chambre afin de négocier une nouvelle coalition.

L’autorité confiée au Cabinet de mettre en œuvre la volonté du Parlement dans les divers départements exécutifs de l’État peut aussi être révoquée s’il n’est pas en mesure ou s’il refuse de le faire.

 

Le pouvoir du peuple sur son gouvernement


Si les deux chefs croient que le Souverain abuse de son pouvoir, ils peuvent démissionner. Si le Souverain croit qu’un chef abuse de son autorité constitutionnelle, il peut le renvoyer s’il trouve une autre personne d’influence pour défendre sa décision. Si l’un des chefs croit que son homologue et le Souverain sont de connivence pour contrôler sa juridiction légitime, lui et les collègues de sa chambre peuvent démissionner du Cabinet pour faire tomber le gouvernement. Si le conflit ne peut être réglé au Parlement, le citoyen résout la question par vote lors d’une élection générale.

Sorry, no posts matched your criteria.